Julien Colombier

Tropicalistic

Technique : pastel gras et/ou acrylique au rouleau sur papier.
Exposition disponible en plusieurs formats.


Les imprimés textiles et l’Art déco ont éduqué l’œil de Julien Colombier à la forme, à la couleur, à l’observation du détail. De premières hypnoses, comme il appelle ses premières créations, conduisent à Matisse ou à Keith Haring, aux artistes capables de peindre l’énergie de la gaieté. Le jeune homme découvre alors la force du motif.

Du motif répété, martelé, scandé, de son rythme perpétuel. Sur fond noir, armé de pastels et de craies, Julien Colombier aiguise une technique qui occupe l’espace par la collision des couleurs, dont il se sert comme source de lumière. Jungles, nuages, vagues, figures géométriques, deviennent prétextes à ces contrastes et le réel se distord, à la limite de l’abstraction. Car s’il les préfère universels et sans âge, ses motifs ne sont pas des sujets; ils servent plutôt de supports pour créer des atmosphères qui, de prime abord, semblent exemptes de narration et de projections personnelles.

Cependant, en y regardant de plus près - en prenant le temps d’y voir et d’y sentir - le spectateur pourra percevoir dans la manière naturelle et fluide qu’a l’artiste d’organiser le soi-disant chaos de la nature, l'aspiration à en capter l’infinie vibration, la déroutante sensualité…
Les peintures de Julien Colombier deviennent alors les faces offertes de mondes invisibles, traversés de sèves ardentes, "tropicalistiques"... Un seul principe : d’abord, provoquer l’impact, frontal et brut ; après, faire ressentir l’onde de choc, en finesse et nuances.

+Plus
400€

Cette exposition n'est disponible à l’achat que pour les communes, les collectivités territoriales, les établissements publics, et les associations mandatées par celles-ci. Pour tout cas particulier, contactez-nous!

1
+

Julien Colombier

Les imprimés textiles et l’Art déco ont éduqué l’oeil de Julien Colombier à la forme, à la couleur, à l’observation du détail. De premières hypnoses, comme il appelle ses premières créations, conduisent à Matisse ou à Keith Haring, aux artistes capables de peindre l’énergie de la gaieté.